Recherche

Actualité


Mines Nantes s'engage dans l'initiative NExT

L’initiative NExT "Nantes Excellence Trajectory" s’inscrit dans l’appel à projets IDEX/I-SITE du Programme d’Investissements d’Avenir. Le projet est porté par l’Université de Nantes et trois autres membres fondateurs : Centrale, le CHU de Nantes et l’Inserm. Mines Nantes s’engage comme partenaire de cette dynamique de site porteuse d’enjeux sur deux questions sociétales majeures, la santé et l'industrie du futur, aux côtés de l'INRA , d'Oniris, de l'ICO et de l'IFSTTAR. Ensemble, ils contribueront à la mise en œuvre et à la gouvernance de NExT. http://next-isite.fr

Notre insertion dans la communauté scientifique

Au centre, les 4 départements de l’École des Mines de Nantes.

  • DAPI (Département Automatique Productique et Informatique), issu de la fusion au 1er janvier 2015 des anciens départements Automatique Productique, associé à l’UMR 6597 CNRS-INS2I-Université de Nantes et École Centrale de Nantes (IRCCYN Institut de Recherche en Communications et Cybernétique de Nantes) et Informatique, associé à l’UMR 6241 CNRS-INS2I-Université de Nantes (LINA Laboratoire d’Informatique de Nantes Atlantique). INRIA est partenaire de 3 équipes de ce département. Les deux Écoles Doctorales associées à ce département sont STIM et SPIGA. ROBOTEX est un équipement d’excellence porté par le CNRS ; l’IRT Jules Verne est un Institut de Recherche Technologique issu des investissements d’avenir ; COMIN Labs (COMmunication and INformation sciences Laboratories) est un Labex auquel participe le département. AtlanSTIC est une fédération de recherche CNRS en sciences et technologies de l’information et de la communication regroupant l’ensemble des laboratoires ligériens du domaine.
  • SSG (Sciences Sociales et de Gestion) associé à l’EA LEMNA (Laboratoire d’Économie et de Management de Nantes Atlantique) de l’Université de Nantes. Son École Doctorale de rattachement est DEGEST. Le département participe au Labex IRON (Innovative Radiopharmaceuticals in Oncology and Neurology).
  • DSEE (Département Systèmes Énergétiques et Environnement) associé à l’UMR 6144 CNRS-INSIS-Université de Nantes et ONIRIS (GEPEA Génie des Procédés Environnement Agroalimentaire). Son École Doctorale est SPIGA. L’IRSTV (Institut de Recherche en Sciences et Techniques de la Ville) est une fédération de recherche CNRS.
  • SUBATECH est le laboratoire de physique SUBAtomique
    et des TECHnologies associées UMR 6457 CNRS-IN2P3-Université de Nantes dont l’École des Mines est tutelle principale. Son École Doctorale est 3MPL et le laboratoire participe au labex IRON, à l’Equipex ARRONAX+ et à l’IRT Jules Verne. ARRONAX est un Groupement d’Intérêt Public, dont l’objectif est de produire des radioisotopes innovants pour la recherche en médecine nucléaire et de réaliser des recherches sur les effets des rayonnements sur la matière. OSUNA est l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Nantes, cet observatoire regroupe les unités de recherche, les services d’observation et des grands équipements autour de projets régionaux en géosciences et environnement.

Organisation et objectifs de la recherche

Les activités de recherche de l’École des Mines de Nantes sont portées par 377 personnes organisées en 4 départements de formation, recherche et innovation.
La recherche est conduite au sein de 4 UMR CNRS dont l’école des Mines de Nantes est tutelle et d’une EA de l’Université de Nantes.

La recherche de l’École des Mines de Nantes est déclinée sur l’ensemble du spectre allant de la recherche fondamentale à la recherche appliquée au service des enjeux sociétaux et du développement économique.
Les travaux de recherche sont réalisés dans le cadre de grands partenariats internationaux, de réseaux européens, via des collaborations nationales et des partenariats industriels.

Ces activités permettent ainsi de répondre aux enjeux énergétiques et environnementaux ainsi que de soutenir la transition numérique de l’économie et de la société.
En particulier l’excellence des recherches menées contribue au positionnement de l’école dans les réseaux académiques nationaux et internationaux, à la formation des ingénieurs, masters et docteurs et à l’accompagnement aux sciences dès le primaire, à l’innovation par le transfert de technologie et la création d’entreprises.

Priorité stratégique

Parmi les priorités stratégiques identifiées en lien avec l’Institut Mines-Télécom et dans le cadre de la fusion avec Télécom Bretagne au 1er janvier 2017, l’École des Mines de Nantes s’est fixée de conduire une recherche ambitieuse, au service d’un développement économique responsable face aux enjeux de la société dans ces deux domaines d’excellence : numérique et énergie, environnement. Cette priorité s’inscrit dans le contexte de la ComUE Université Bretagne Loire via ses UMR.

Les actions engagées en 2015 ont permis à l’école de soutenir :
L’interdisciplinarité au travers du soutien à 5 programmes de recherche et de l’organisation de 3 séminaires de recherche co-organisés avec Télécom Bretagne portant sur « Énergie et Environnement », « Santé » et « Sécurité et sûreté de fonctionnement »,
La diffusion de résultats scientifiques via l’organisation de plusieurs colloques nationaux et internationaux et d’ouvrages aux Presses des Mines,
Les collaborations académiques par la participation à des programmes nationaux, européens et internationaux et par l’accueil de chercheurs étrangers,
Les partenariats industriels en soutenant la dynamique contractuelle et les chaires industrielles.


Chiffres Clés 2015

4 départements
377 personnes dans ces 4 départements d’enseignement et de recherche
138 chercheurs, enseignants-chercheurs, permanents ou associés sur le site
121 doctorants et 25 ATER ou post-doctorants
193 articles avec comité de lecture
9,4 M€ de contrats et subventions de recherche

Aux Presses des Mines

www.pressesdesmines.com/

Le Retour d'Expérience dans les organisations à risques
Présenté par Stéphanie Tillement, maître de conférence en sociologie industrielle au département sciences sociales et de gestion

Empreinte carbone : évaluer et agir
Présenté par Bernard Bourges, professeur au département systèmes énergétiques et environnement.

Le nucléaire au prisme du temps
Présenté par Sophie Bretesché, maître de conférences en sociologie au département sciences sociales et de gestion

Fragiles compétences
Par Sophie Bretesché, maître de conférences en sociologie au département sciences sociales et de gestion

Peut-on croire aux TIC vertes ?
Par François Deltour, enseignant-chercheur au département sciences sociales et de gestion